LUTTER CONTRE LA POLLUTION DE L’AIR.

ECOUTEZ L’INTERVIEW DE BRUNO BERNARD

Dans la Métropole de Lyon on estime qu’il y a 18000 appareils de chauffage au bois ou cheminées, non performants. Le chauffage au bois est responsable de la moitié du total des émissions de particules fines et de plus des deux tiers en période hivernale, ce qui est tout à fait considérable.

Les particules fines sont émises par l’industrie, les transports, les activités agricoles, et le chauffage au bois peu performant.

Au cours des dix dernières années la qualité de l’air dans l’agglomération lyonnaise s’est améliorée grâce au renouvellement du parc automobile, à la diminution des émissions des industries, et à des investissements importants en faveur du report modal vers les transports en commun et les mode actifs. Toutefois les dépassements des seuils réglementaires sont encore observés en oxyde d’azote et en particules fines.

En dehors des règlements de copropriété qui peuvent l’interdire, l’usage du chauffage au bois n’est pas réglementé dans le département à la différence de ce qui se fait dans la vallée de l’Arve dans les Alpes.

La prime air bois s’inscrit donc dans le cadre du plan climat air énergie territorial de la Métropole de Lyon et du plan de protection de l’atmosphère de l’agglomération lyonnaise. Elle est pilotée par la Métropole de Lyon et sa mise en œuvre fait l’objet d’un soutien de l’ADEME pour le compte de l’état.

La prime air bois s’adresse aux particuliers propriétaires ou occupants d’un logement individuel sur la Métropole, et déjà utilisateurs d’un appareil de chauffage au bois non performant c’est-à-dire des foyers ouvert ou des poêles et inserts installés avant 2002.

Le nouvel appareil doit être labellisé flamme verte 7 étoiles et installé par un professionnel qualifié RGE reconnu garant de l’environnement. Les dossiers de demandes doivent être adressés directement à la Métropole de Lyon « prime air bois. 20 rue du lac »

Daniel Dubois